Plan d’intervention du MAMROT: Auscultation des Chaussées

Un nouveau plan d’intervention

Workers_03L’année 2014 marque l’entrée en vigueur du nouveau GUIDE D’ÉLABORATION D’UN PLAN D’INTERVENTION POUR LE RENOUVELLEMENT DES CONDUITES D’EAU POTABLE, D’ÉGOUTS ET DES CHAUSSÉES.

Depuis 2005, les municipalités du Québec ont œuvré sur leurs premiers plans d’intervention. Elles ont réalisé les inventaires de leurs réseaux de conduites d’eau potable et d’égouts pour ainsi procéder à des auscultations afin d’apprécier la condition de celles-ci. Le niveau de connaissance des infrastructures souterraines s’est nettement amélioré et les municipalités ont adopté une approche plus progressive face au renouvellement de celles-ci.

En nouveauté pour 2014, le « PI » a comme un de ses principaux objectifs, d’intégrer les interventions sur les chaussées et l’égout pluvial au même titre que les interventions sur les conduites d’eau potable et d’eaux usées.

L’insertion du volet ‘chaussée’ au plan d’intervention permettra également, aux différentes municipalités, d’améliorer la connaissance de l’état de leur réseau routier et ainsi de permettre une planification progressive des interventions.

Utiliser RUBIX pour mesurer les indicateurs CH-1, CH-2 et CH3

Indicateurs_03

Indicateurs des chaussées

Les membres des comités de travail qui ont participé à l’élaboration du guide ont retenu quatre indicateurs pour qualifier et évaluer les segments de chaussée où se retrouve des conduites d’eau potable ou d’égouts.

Le statut de chacun des indicateurs se définit par 5 classes allant d’Excellent à Très mauvais et est hiérarchisé par une cote de 1 à 5. Ces dernières sont rapportées à un découpage géométrique linéaire ou segments (tel qu’Adresse Québec), préalablement hiérarchisés selon le guide.

La cueillette des défauts de surface pour l’obtention de l’indicateur CH-1 se fait selon la méthodologie PCI ASTM D-6433. Cette méthodologie préconise un relevé par échantillonnage : seule une portion d’un segment doit être auscultée. Pour une auscultation réseau, la couverture recommandée des échantillons varie selon la longueur du segment. Typiquement entre 10{73ce61b89d45dbeb5a277a3e07d51b21015ac55660fa62b569ce4465cc3705b6} et 30{73ce61b89d45dbeb5a277a3e07d51b21015ac55660fa62b569ce4465cc3705b6} de couverture est requis. Le relevé des défauts se fait grâce à l’application iPad rInspecteur. L’application est conçue pour permettre un maximum d’efficacité lors des relevés de défauts. Elle permet de prendre des images pour archives ou contrôle de qualité, faire des dessins (schémas) et entrer des commentaires additionnels. Elle comporte aussi des outils de navigation permettant d’aider l’inspecteur lors de la cueillette. Des performances de 10-15 km de segments inspectés par jour ont été réalisées.

La cueillette du confort au roulement, ou indicateur CH-2, se fait grâce à l’utilisation de l’application iPhone rUNI. L’appareil est installé grâce à un support rigide dans un véhicule de service (ou autre) et aucune intervention n’est requise lors de l’auscultation (le véhicule se déplace : le confort est mesuré). Une fois le véhicule calibré, les données calculées permettent d’établir un IRI estimé tel que prescrit par la Banque Mondiale pour les profilomètres de type réponse (Classe-3). Cet IRI estimé est alors utilisé selon les règles de calcul du guide du MAMROT pour établir la classe CH-2.

GraphrICR

Évolution de l’indice CH-2 durant la période de dégel

La classe CH-3, la susceptibilité au gel, est déterminée à partir de l’indicateur d’IRI estimé obtenu pendant la période estivale et celui de la période hivernale. En mesurant le confort au roulement à plusieurs reprises, il est possible de modéliser la courbe de confort au roulement annuel et ainsi de déterminer précisément les maximum et minimum de confort. Voici un exemple de mesures effectuées sur un même segment à différentes périodes. La dégradation du segment s’observe facilement.

Pour les agences qui font également des évaluations de capacité structurelle avec un déflectomètre ou autre, l’utilisation de l’interface RUBIX rAPI permet de télécharger les mesures recueillies et d’obtenir la classe CH-4. Pour plus d’information, veuillez contacter Rival Solutions.

Classe d’intervention chaussée

La classe d’intervention chaussée constitue une classification intégrant les quatre sous-indicateurs (CH-1, 2, 3, 4) de la chaussée. Elle détermine la priorité d’intervention pour un segment de chaussée. Par exemple, une classe D, signifie qu’une intervention immédiate est souhaitable. Il est à noter qu’un seul indicateur CH-X est requis pour ce calcul. Par ailleurs, la méthodologie préconisée par le MAMROT requiert au minimum l’indicateur CH-1.

rDash_ClasseIntervention

Autres utilisations de RUBIX

Bien que la solution RUBIX ait été conçue pour l’auscultation des chaussées, elle permet d’ausculter et d’inspecter l’ensemble des infrastructures urbaines. Pour ce faire, il suffit de définir un formulaire (XML) spécifique pour l’application rInspecteur, s’il n’existe pas, et y inclure les paramètres d’inspection désirés.

Présentement, les formulaires d’inspection suivants sont disponibles par défaut avec l’application :

  • Chaussées souples (méthodologies PCI-ASTM, PCI-Québec, DMI-Ontario);
  • Trottoirs et bordures;
  • Chaussées en gravier (méthodologie PASER).

Les formulaires suivants sont disponibles sur demande :

  • Pistes cyclables et sentiers pédestres;
  • Signalisation verticale et horizontale;
  • Glissières de sécurité;
  • Ponceaux;
  • Viaducs.

Pourquoi utiliser Rubix même si l’auscultation est faite par un sous-traitant?

Bien que RUBIX ait été conçu pour faciliter le processus d’auscultation et ainsi permettre aux agences une pleine autonomie au niveau de l’inspection de leurs infrastructures, il est possible que, faute de personnel ou de ressources, le mandat d’inspection soit confié à l’externe. En étant propriétaire de la solution RUBIX, l’agence possède l’intégralité des données et peut ainsi :

  • Procéder à des mises-à-jours périodiques des données pour faire un suivi sur certains segments de route (en particulier les segments ayant une classe d’intervention C);
  • Compléter l’inspection détaillée d’un segment avant la réalisation d’une intervention pour déterminer l’intervention optimale (auscultation projet);
  • Compléter l’auscultation des routes ne comportant pas d’infrastructures souterraines (auscultation non-prioritaire);
  • Utiliser Rubix pour des fins d’entretien préventif par exemple en utilisant les données brutes pour évaluer l’ampleur d’une campagne de colmatage de fissures.

Il existe donc deux possibilités pour la municipalité désireuse de garder le contrôle sur les données d’inspection :

  • Être propriétaire de la licence et des équipements d’auscultation RUBIX et fournir ces équipements aux firmes mandatées. Les données recueillies sont alors immédiatement disponibles sur le tableau de bord de la municipalité;
  • Demander à ce que les données soient transmises, par la firme mandatée, sur le tableau de bord de la municipalité.

Pour toute information additionnelle, n’hésitez pas à contacter Rival Solutions à l’adresse courriel suivante : info@rivalsolutions.com ou au no suivant : 514-312-1501.